Voici 10 mythes courants sur le tabagisme démystifiés pour les personnes qui ont besoin d’une motivation supplémentaire. Bernard Antoine, spécialiste du sevrage tabagique et de la toxicomanie à Paris, en France, aide les fumeurs à abandonner les croyances et les idées fausses sur le tabagisme et l’arrêt du tabac pour les aider à se débarrasser de cette habitude avec succès.

Arrêter de fumer nécessite de la volonté

Arrêter de fumer n’est pas une question de volonté ou de bonnes intentions. C’est une question de véritables raisons et de motivation. Il ne faut pas arrêter de fumer pour faire plaisir à quelqu’un d’autre ou pour économiser de l’argent, mais pour une réelle volonté de se libérer de la dépendance au tabac.

Arrêter de fumer, c’est prendre du poids

La prise de poids n’est pas inévitable. Certaines personnes ne prennent aucun poids. En moyenne, les femmes qui cessent de fumer gagneront 6,17 livres. et les hommes gagneront 7,05 livres. Les fumeurs ont tendance à avoir un profil lipidique plus faible car le tabagisme augmente le métabolisme et brûle les graisses. De plus, la nicotine agit comme un coupe-faim. Pour éviter la frustration et compenser par de la nourriture, je conseille aux personnes qui quittent le tabac d’adopter une stratégie basée sur leur désir de se libérer de l’habitude.

Cesser de fumer me rendra maussade et irritable avec ma famille et mes amis

Après avoir arrêté de fumer, des problèmes d’humeur tels que l’irritabilité et la dépression peuvent survenir au cours des trois premières semaines, mais cet état émotionnel ne dure pas.

Vous devez attendre le «bon moment» pour arrêter de fumer

Le bon moment, c’est quand vous le décidez, quels que soient les soucis et les problèmes habituels auxquels vous êtes confronté dans la vie de tous les jours. Vous devez apprendre à vivre sans cigarette dans toutes les situations qui vous poussent habituellement à fumer.

Les cigarettes électroniques peuvent vous aider à arrêter de fumer progressivement

Le problème avec les cigarettes électroniques est que les fumeurs ne brisent pas les réflexes de conditionnement pavloviens liés à cette habitude. Vous devenez simplement un vapoteur continu, car les e-cigarettes ne s’éteignent jamais.

La nicotine provoque une dépendance

La nicotine seule ne rend pas les gens dépendants du tabagisme. C’est la combinaison de la nicotine avec certains sous-produits de la brûlure qui entraîne des symptômes de sevrage. De plus, la chimie à elle seule n’explique pas le phénomène de la dépendance. C’est aussi comportemental et psychologique.

Fumer vous aide à vous calmer et à réduire le stress

Au contraire, le tabagisme est un stimulant mental. La nicotine est comme une version douce de la cocaïne. Il n’a aucun effet psychotrope mais il vous garde alerte et éveillé. Contrairement à l’alcool, le tabagisme provoque une vasoconstriction.

Il vaut mieux fumer un joint occasionnel que de fumer des cigarettes

Si vous continuez à fumer des joints de temps en temps, vous risquez de maintenir le désir sous-jacent de fumer. C’est donc une très mauvaise idée. Vous ne pourrez pas «lâcher prise» de cigarettes pendant que vous fumez encore, quelle que soit la substance. Rappelez-vous également que le cannabis peut être 20 fois plus cancérigène que le tabac (N.D.E .: il est également illégal de produire, de posséder, de vendre, d’acheter ou d’utiliser le cannabis dans de nombreux pays et régions).

Fumer 20 cigarettes est deux fois plus mauvais que fumer 10

Le plus grand facteur de risque n’est pas le nombre de cigarettes que vous fumez par jour, mais la durée de votre exposition.

Les produits de remplacement de la nicotine et les médicaments sont la clé pour arrêter de fumer

Pour arrêter de fumer, il faut avant tout rechercher un accompagnement psychologique et comportemental auprès d’un professionnel qualifié. L’hypnothérapie et les thérapies cognitivo-comportementales (TCC) donnent de bons résultats.



Source link